Archive pour la Catégorie 'Immobilier locatif'

Un nouveau dispositif pour rassurer les propriétaires

Un nouveau dispositif pour rassurer les propriétaires a été présenté mercredi par le gouvernement. Ce nouveau dispositif  qui vise à garantir les risques locatifs (GRL) afin de permettre à plus de propriétaires de s’assurer contre les loyers impayés et de favoriser la mise en location de logements actuellement inoccupés. a été présenté par le gouvernement mercredi.

Selon le secrétaire d’Etat au Logement Benoist Apparu, ce nouveau dispositif pour rassurer les propriétaires devrait révolutionner les rapports entre propriétaires et locataires car c’est plus de sécurité pour les bailleurs et une prévention des expulsions des locataires.

Le nouveau dispositif pour rassurer les propriétaires permettra aux assureurs  dont le taux d’effort varie entre 28% et 50% (loyer rapporté aux revenus du locataire) de bénéficier, en cas de sinistres importants, d’une compensation versée par l’Union d’économie sociale du logement (UESL), l’organisme qui gère le 1% logement, ou l’Etat.

Cependant, les assureurs les assureurs qui acceptent d’exercer une garantie avec un taux d’effort s’établie en dessous de 28% ne bénéficieront d’aucune aide en cas d’incidents de paiement des locataires.

 

CLAMEUR chute mobilité locatif

Selon les chiffres de l’Observatoire CLAMEUR (Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux), de 2006 à 2009, l’activité du marché locatif a reculé de 12% avec 5,9% pour 1er semestre 2009. 

Pour rappel, en 2004 le taux de mobilité résidentielle était à 29,7%. Le taux de mobilité résidentielle est passé à 28% en 2007 et enfin 2009 le taux de mobilité résidentielle a baissé pour atteindre un taux de 25,7%.

CLAMEUR estime aussi qu’il y a 180.000 candidats à la location de moins qu’en 2006 qui auraient pu réaliser leur projet de mobilité résidentielle. Par ailleurs, après 3 ans de construction neuve de logement locatifs privés, le nombre du manque logement locatif s’établie à 180 000.

Etude Agence immobilière Century 21 prix immobilier


L’étude réalisée par l’agence immobilière Internationale Century 21 démontre que Dublin est la ville la plus cher et que Bucarest est la ville la moins chère au niveau du prix de l’immobilier. Quant à la capitale de la Belgique,  Bruxelles, elle se situe au milieu du classement des prix de l’immobilier.

Les prix des loyers à Bruxelles sont en moyenne de 600 à 700 € par mois, quant au prix de l’acquisition, elle est de 200,000 à 250,000€. Les prix des loyers à Dublin frôlent les 1.200 euros par mois et si l’acquisition d’un bien doit être effectué, il faudra débourser plus de 350 000€.

L’étude de l’agence immobilière Century 21, démontre que comparé à Londres et Moscou, Bucarest est la ville la plus chère pour acquérir ou louer des biens immobiliers. Selon  l’étude de l’agence immobilière Century 21, les villes qui sont les moins chères demeurent Bucarest et Sofia. L’étude  de l’agence immobilière Century 21 indique aussi qu’à Paris, Moscou et Bruxelles, 30% de la population uniquement est locataire et 70% sont propriétaires. Les prix des loyers à Dublin frôlent les 1 200 € par mois.

Cependant une forte baisse de 45% a été enregistrée dans les capitales irlandaises et roumaines et l’étude démontre également que le nombre de locataires est en forte augmentation dans toute l’Europe.

Grenoble nouvelle aide au logement

Grenoble a instauré une nouvelle aide au logement afin d’améliorer le mode de vie des locataires les plus démunis. Selon les statistiques, 22% des habitants de Grenoble vivent en dessous du seuil de la pauvreté. Afin d’aider ses habitants, la municipalité de Grenoble  soutenue par le Haut Commissariat aux solidarités actives, a décidé d’expérimenter une nouvelle aide au logement. Cette nouvelle aide au logement est effective depuis mai dernier et durera pendant les trois prochaines années. L’aide au logement devra permettre à un grenoblois qui fait face à une crise financière et qui loue un bien immobilier dans le secteur privé (c’est-à-dire ne bénéficiant pas d’un logement social), de bénéficier par ville, une somme comprise dans la grande majorité des cas entre 100 et 200 euros par trimestre. L’expérimentation de l’aide au logement devrait coûter à la ville  255.504 euros pour la première année. Il faut rappeler que l’aide au logement est attentivement suivie par le CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie).




-MEUBLES - SALONS - LITERIE... |
coaching deco |
Le Blog : magiline construi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | UN MONDE Dia EN COULEURS !
| F2 Cachan
| vivre autrement, dans l'air...